Les femmes managers: comment sont-elles perçues en 2021?

L'égalité des chances? Nous n'y sommes pas encore. Les femmes managers restent accablées par le poids des attentes et des clichés. Notre enquête détaillée.

César Bellery
César Bellery
Rédacteur expert en RH
Les femmes managers: comment sont-elles perçues en 2021?

les femmes aux commandes

 

En 2014, le terme girlboss a été popularisé par l'entrepreneuse américaine Sophia Amoruso et est devenu un cri de ralliement pour le féminisme contemporain. C'était partout : dans les publicités, les médias, la papeterie féminine et même écrit sur des T-shirts fabriqués dans des pays où les femmes sont sous-payées.

 

Comme tout ce qui se passe aux États-Unis, cette revendication a traversé l’Atlantique et est le manifeste d'une jeune génération de femmes peu sûres d'elles, partout dans le monde. Un message plein d’espoir de voir les choses changer, enfin.

 

Cependant, malgré le passage du temps, le leadership féminin reste limité dans tous les secteurs, sauf quelques-uns, et dans la plupart des cas, le plafond de verre est toujours aussi ferme.

 

Pour mieux évaluer la situation actuelle des femmes dans le management, nous avons interrogé plus de 800 personnes sur leurs points de vue, opinions et expériences avec les femmes au pouvoir.

 

Nous avons trouvé beaucoup de points positifs, mais nous avons également découvert des points de vue dérangeants qui prouvent que nous n’avons toujours pas gagné la bataille pour l’égalité dans les rôles décisionnels et exécutifs.

 

Continuez à lire pour voir ce que nous avons découvert.

 

Pensez-vous que ce combat n’est pas légitime?

 

La popularité du phénomène a suscité un intérêt général et mondial. Il a également suscité sa juste part de critiques. Mais quel que soit le mérite de cette revendication, elle a suscité un regain d'intérêt pour les femmes dirigeantes au travail.

 

La science montre que les femmes ont tendance à être des gestionnaires efficaces. De nombreuses études, y compris l'enquête de Gallup réalisée auprès de près de 27 millions d'employés dans le monde, ont prouvé que les femmes patronnes ont tendance à surpasser leurs homologues masculins au travail car elles sont plus aptes à stimuler l'investissement de leurs subordonnés.

 

Mais il semble que les stéréotypes et les préjugés sexistes soient toujours d’actualité. Pour commencer, 55 % de nos répondants sont assez d’accord ou tout à fait d'accord pour dire que les femmes occupant des postes de direction sont souvent tenues de respecter des normes de performance plus élevées que les hommes.

 

Ainsi, alors que les rôles de genre et nos visions de ce qui fait une femme qui a réussi ont évolué, la pression pour la perfection reste énorme.

 

Heureusement, bien que les attentes soient élevées, la satisfaction à l'égard des femmes dirigeantes semble également relativement élevée.

 

opinions femmes manager

 

90 % de nos répondants ont travaillé dans une équipe dirigée par une femme, dont 59 % travaillent actuellement dans une équipe dirigée par une femme.

 

70 % des sondés ont trouvé les femmes managers efficaces dans l'ensemble, dont 49 % ont déclaré qu'elles étaient très efficaces. Il n’est donc pas surprenant que 67 % des personnes interrogées aient une attitude positive à l’égard des femmes qui dirigent leur équipe et que 62 % d’entre elles aient des opinions positives envers les femmes qui dirigent leur entreprise.

 

Nous avons également été heureux de constater que 38 % des personnes interrogées préféreraient travailler pour une femme contre 26 % qui préféreraient travailler pour un homme et 35% qui n'ont aucune préférence.

 

Ce fut également une agréable surprise de voir que 38 % des personnes interrogées pensent que les femmes sont meilleures aux postes de direction, contre 35 % des personnes interrogées qui pensent que les hommes sont de meilleurs leaders.

 

Jusqu'ici tout va bien. Mais cela ne veut pas dire que ces femmes à des postes de direction ont la tâche facile. Elles subissent les mêmes pressions de réussite professionnelle que les hommes, tout en faisant face simultanément au vieux stéréotype de la femme attentionnée.

 

Ces hypothèses étaient évidentes dans les résultats de notre enquête. Lorsqu'on leur a demandé quels secteurs sont les plus adaptés aux femmes, voici les principaux choix de nos répondants :

 

  • Santé : 65 %
  • Enseignement : 61 %
  • Ressources humaines : 53 %
  • Finance, immobilier et assurances : 51 %
  • Métiers administratifs : 51 %
  • Services sociaux ou bien-être: 51 %
  • Arts, mode et design : 51 %

 

Ce n’est pas une grande surprise, car de nombreuses études sur ce sujet donnent des preuves d’attentes stéréotypées du public à l’égard des femmes. Par exemple, une étude menée par l'American Psychological Association aux États-Unis a montré que, malgré des changements significatifs dans les stéréotypes de genre et de rôles sociaux, certaines croyances persistent dans les attitudes de nombreux Américains. Ces résultats seraient certainement vérifiés en France, comme partout ailleurs en Europe.

 

La fracture entre les sexes

 

Nos découvertes ont confirmé cette persistance de certaines croyances, et les chiffres étaient encore plus frappants lorsque nous les avons isolés par sexe. Les résultats montrent que les normes de genre n’ont pas changé autant que vous ne le pensez et que la confiance dans les femmes dirigeantes est beaucoup plus faible chez les hommes que chez les femmes.

 

Cela pourrait-il être dû à des croyances persistantes sur le fait que les femmes ne sont pas faites pour des rôles de direction. Ou peut-être est-ce parce que certains hommes ont peur de perdre leur propre emploi et ont du mal à accepter les femmes au pouvoir...

 

Bien que nos résultats ne brossent pas un tableau clair des raisons de ces différences, le fossé entre les sexes dans les réponses ne peut être nié.

 

Voici ce que les femmes ont à dire sur les autres femmes dirigeantes :

 

  • 48 % préféreraient travailler pour une femme manager.
  • 72 % sont plutôt d’accord ou complètement d’accord avec l'idée d'avoir des femmes leaders dans leur entreprise.
  • 42 % feraient plus confiance à une femme qu'à un homme pour diriger une entreprise.

 

Quant aux hommes ? La différence est sans appel :

 

  • Seuls 28 % d'entre eux préféreraient travailler pour une femme manager.
  • Seulement 53 % sont plutôt d’accord ou complètement d’accord avec l'idée d'avoir des femmes leaders dans leur organisation.
  • Et une marginale part de 17 % ferait plus confiance à une femme qu'à un homme pour diriger une entreprise.

 

genre femmes manager

 

Les statistiques ne laissent aucun doute sur le fait que le fossé entre les sexes reste fermement en place dans les croyances de beaucoup.

 

Clivage racial

 

ethnie femmes manager

 

Il y avait un autre aspect où notre étude a révélé des données encore plus frappantes concernant les différences et les inégalités sur le marché du travail. Nos répondants ont reconnu que les femmes de couleur sont généralement confrontées à une situation plus difficile sur le lieu de travail.

 

Considérez ces résultats :

Ces chiffres envoient un message haut et fort. Les femmes de couleur sont confrontées à des défis particulièrement redoutables sur le lieu de travail. Et heureusement, la plupart des gens semblent le reconnaître.

 

Dans l'ensemble, il ne fait aucun doute que l'écart en matière d'égalité pour la recherche d’emploi pour les femmes de couleur reste présent aujourd'hui ; et, malgré une prise de conscience croissante de leur sort, elles restent les plus défavorisées de toutes.

 

Les clichés culturels et médiatiques

 

Avouons-le, les médias généralistes considèrent toujours les femmes leaders comme une sensation, une exception. Devoir parfois insister sur le fait que vous êtes une patronne ou une créatrice d’entreprise prouve simplement qu'il reste encore beaucoup à faire en termes de renforcement de l'acceptation sociale. Après tout, le genre ne devrait jamais être un qualificatif en matière de réussite.

 

Près d'un tiers de nos répondants ont déclaré que les médias et la culture populaire présentent généralement les hommes comme des leaders au travail. Et le même nombre estime que les femmes managers sur le lieu de travail sont généralement présentées comme une exception, une réussite rare et particulièrement notable.

 

59 % ont convenu que les femmes sont sous-représentées dans la représentation des postes de management, et 52 % conviennent que les femmes sont surreprésentées dans la représentation des fonctions dite de “soutien”, comme les métiers administratifs.

 

cliches femmes manager

 

Cependant, cela n’est pas gravé dans la roche. 37 % des personnes interrogées pensent qu'il vaut mieux que l'image d'une entreprise soit représentée par une femme, contre 34 % qui disent qu'il vaut mieux qu’elle le soit par un homme. Un équilibre assez égal.

 

Cela nous amène à vérifier si la culture populaire évolue également vers l’acceptation des rôles de patrons féminins ou si elle s’en tient aux anciennes croyances. Les stéréotypes dépassés sont un autre défi auquel les femmes dirigeantes sont confrontées chaque jour.

 

Faire face aux stéréotypes

 

Malgré des espoirs d'amélioration, il semble que l'une des plus grandes difficultés rencontrées par les femmes à des postes de direction soit de faire face à des stéréotypes de genre dépassés.

 

Cette situation était particulièrement visible dans les résultats de notre enquête. Par exemple, 45 % des répondants croient assez fortement ou fortement que les femmes suivent leurs émotions tandis que les hommes adoptent une pensée logique lors d’une prise de décision.

 

Nous avons également donné à nos répondants la chance de partager ouvertement leurs pensées, et les réponses allaient du positif à la misogynie, en passant par les stéréotypes embarrassants.

 

Voici une sélection de réponses ouvertes reçues :

[Je préfère] un homme comme manager, car ils sont moins émotifs.

Les femmes peuvent s’avérer plus douces, ce qui fait que leurs employés vont vite leur marcher dessus. Les hommes ont plus rarement ce problème.

[Je préfère] une femme comme manager, car je peux tout leur confier.

Je n'ai jamais eu de femme comme patronne auparavant, mais je travaille dans le secteur industriel. Mais en tant que femme, je sais que nous pouvons être émotives et rancunières. Je ne voudrais pas avoir à faire face à tout ce drame au travail. Donc, d'une certaine manière, je suis content de ne jamais avoir eu à le faire.

Les hommes savent toujours faire la part des choses entre émotions ou sentiments et travail. En plus, ils sont plus flexibles sur les méthodes de travail.

D’après mon expérience, les femmes dans le management sont trop sentimentalistes et ne font pas assez confiance aux employés, contrairement aux hommes.

 

Mais cela n’est pas tout. Nous avons également découvert des stéréotypes positifs. Par exemple, 57 % des répondants sont plutôt d’accord ou tout à fait d'accord pour dire que les femmes managers sont meilleures en communication et cela s'est reflété dans les réponses ouvertes que nous avons reçues :

Je pense que les femmes qui dirigent sont plus disposées à écouter et à prendre en compte le point de vue de chacun. Les hommes sont très factuels.

Je pense que dans l'ensemble, les femmes managers sont de meilleures communicatrices, mais les hommes sont plus susceptibles de tenir les autres pour responsables.

La communication est meilleure avec les femmes, les attentes sont plus claires et la collaboration en matière de résolution de problèmes est plus fréquente. Le travail ressemble plus à un effort d'équipe qu'à un fardeau individuel.

Je préfère travailler avec une femme parce que devoir travailler avec des femmes sur le lieu de travail crée une meilleure ambiance de travail, pour tout le monde.

Un autre stéréotype positif est la plus grande tolérance des femmes. 44 % des personnes interrogées pensent que les femmes cadres sont plus compréhensives lorsqu'il s'agit de dérapages au travail. Et cette impression de compréhension et de compassion s'est également reflétée dans les réponses ouvertes :

Ces 8 dernières années, j'ai eu une femme comme boss. Je pense que je préfère cela car elles sont plus compréhensives en ce qui concerne les choses en dehors du travail. Je suis aide-soignante avec des enfants, et il y a des moments où j’ai besoin d’un emploi du temps adapté. Ma patronne était également passée par là, et je pense que cela l'aide à mieux comprendre ma situation.

Je préfère travailler avec une femme comme chef. Une femme comprendra mieux certaines situations, comme le fait de devoir s'absenter du travail parce que personne ne s'occupe des enfants à la maison. Une femme sera plus compatissante envers ses employés et son entreprise en général.

Les femmes comprennent mieux les problèmes familiaux, je n'ai jamais peur de parler à ma manager de mes problèmes à la maison qui interfèrent avec mon boulot.

En revanche, quelques répondants ont préféré s'en tenir à la vieille opinion selon laquelle la place de la femme est à la maison :

Je préférerais travailler avec un homme. Les femmes devraient rester à la maison et être des femmes au foyer.

Les femmes sont plus efficaces à la maison. Regardez combien de grandes entreprises ont été créées par des hommes par rapport à des femmes. Les femmes veulent maintenant un traitement spécial alors qu'elles ont très peu contribué aux grandes entreprises qui font fonctionner notre pays aujourd'hui. Notez également que lorsque la croissance des salaires a stagné, c'est lorsque les femmes sont entrées sur le marché du travail. Cela donne aux employeurs une excuse pour payer moins parce que les deux conjoints travaillent. Les femmes veulent bénéficier de tous les traitements spéciaux possibles et, pour toutes les difficultés auxquelles elles font face, elles l’attribuent au sexisme. En fin de compte, toutes les femmes devraient simplement rester à la maison et s'occuper du foyer et élever les enfants.

Les femmes devraient être à la maison pour faire des bébés au lieu d'inonder le lieu de travail au point où les hommes ne peuvent pas avoir d'emploi et créer des familles. Les femmes sur le lieu de travail causent des distractions, les hommes et les femmes ne peuvent pas travailler ensemble et elles devraient rester à la maison pour que les hommes puissent gagner plus et les soutenir. Le féminisme est un cancer et honnêtement, la plupart des femmes chefs que j'ai eues étaient des personnes peu profondes et incompétentes qui se soucient plus de la façon dont elles sont vues que de l’impact qu’elles devraient avoir sur les résultats.

Il ne fait aucun doute que les opinions sur les femmes dirigeantes restent partagées et que certains des pires stéréotypes du passé demeurent. Pour beaucoup, leur statut de leader reste au mieux une exception, au pire un piston lié au féminisme.

 

Alors pour finir, nous vous laissons une sélection des stéréotypes les plus répandus selon nos sondés. Telles sont les hypothèses qui devront être prises en compte pour créer de meilleures conditions de travail pour les femmes managers du futur.

 

stereotypes femmes manager

 

Tout n’est pas forcément négatif. D'une manière générale, même par rapport au passé récent, l'acceptation générale des femmes dirigeantes s'est améliorée.

 

Mais il ne fait aucun doute non plus qu’il reste encore beaucoup à faire pour aider les femmes cadres à s’épanouir (voire même à pouvoir accéder à ces postes). Certains des pires stéréotypes sont toujours d'actualité. Comme nous l’avons noté précédemment, les femmes dirigeantes ont encore un dur combat devant elles pour vraiment gagner la bataille pour l’égalité.

 

Méthodologie

 

Les résultats présentés ont été obtenus en sondant 801 personnes à l'aide d'un outil de sondage en ligne sur mesure. Tous les répondants inclus dans l'étude ont réussi une question de vérification de l'attention. On leur a posé une série de questions liées à leurs opinions sur les femmes dans le management et le leadership professionnel. Celles-ci comprenaient des questions oui / non, des questions basées sur une échelle relative au niveau d'accord avec une déclaration, des questions qui permettaient de sélectionner plusieurs options à partir d'une liste de réponses possibles et des questions qui permettaient des réponses ouvertes. 

 

Limites de l’enquête

 

Les données que nous présentons reposent sur les autodéclarations des répondants. Toute expérience étant subjective, nous comprenons qu'il existe de nombreuses limites potentielles avec les données autodéclarées, car certains participants et leurs réponses peuvent être affectés par la récence, la mémoire sélective, l'attribution, l'exagération, l'autosélection, la non-réponse ou le biais volontaire.

 

Certaines questions et réponses ont été reformulées ou condensées pour plus de clarté et de facilité de compréhension pour nos lecteurs. Dans certains cas, les pourcentages présentés peuvent ne pas totaliser 100 % ; selon le cas, cela est soit dû à l'arrondissement, soit au fait que les réponses “aucun / neutre / ne sait pas” ne sont présentées.

 

Sources

 

 

Déclaration d’utilisation équitable

 

Que pouvez-vous faire de plus pour promouvoir les femmes dans le management ? Montrez votre soutien en partageant cet article sur votre site et sur les réseaux sociaux !

 

Si vous pensez que votre audience sera intéressée par ces informations, nous aimerions que vous les partagiez à des fins de réutilisation non commerciale. Tout ce que nous vous demandons en retour, c'est que vous ajoutiez un lien vers cette page-ci afin que les auteurs obtiennent un crédit complet et que vos lecteurs puissent consulter l'étude complète.

Donnez votre avis : femmes manager
Merci pour votre partage !
Moyenne : 5 (3 avis)
César Bellery
César Bellery
César a eu l'opportunité de travailler dans le monde des Ressources Humaines en France et dans plusieurs pays. Désormais, César met son expertise dans le domaine du recrutement au service de ses lecteurs, pour leur donner tous les secrets d'une candidature réussie.

Cet article vous a-t-il plu ? Voici des articles similaires