Travaille-t-on souvent gratuitement pour ses proches en 2021?

Enquête sur la fréquence à laquelle les gens fournissent des services gratuits liés à leur profession à leurs proches ; et ce qu'ils en pensent en 2021.

César Bellery
César Bellery
Rédacteur expert en RH
Travaille-t-on souvent gratuitement pour ses proches en 2021?

 

travailler pour ses proches

 

La sagesse populaire veut que l’argent n’achète pas le bonheur. Mais soyons réalistes, nous en avons tous besoin pour vivre : nourriture, loyer, essence, hypothèque. Cela ne risque pas de se payer tout seul.

 

Et la plupart d'entre nous doivent travailler pour obtenir cet argent. C’est inévitable, sauf d’après certaines pubs douteuses sur Internet.

 

Parfois, cependant, nous finissons par travailler gratuitement, surtout si nos clients sont des proches (famille et amis).

 

Mais fait-on toujours cela par plaisir et pur esprit d’entraide ? Cette "réduction spéciale pour les amis et la famille" est-elle réellement compensée par un grand merci sincère ?

 

Pour découvrir la vérité, nous avons demandé à plus de 800 personnes de nous parler de leur opinion sur le fait de travailler gratuitement pour fournir des services liés à leur travail à leurs proches.

 

Il s'avère que presque tout le monde rend service gratuitement à ses amis et sa famille avec ses hard skills. Et beaucoup d'entre nous perdent un temps non négligeable en acceptant de tels emplois.

 

Nous avons calculé ce que coûte cette gentillesse et découvert ce que les gens pensent vraiment du fait de fournir quelque chose pour rien en retour. Lisez la suite pour voir nos découvertes.

 

Un merci est-il suffisant ? La réalité du travail à titre gracieux

 

Des études antérieures ont montré que jusqu'à 71 % des personnes tentent de tracer une ligne claire entre la vie privée et la vie professionnelle. Mais que se passe-t-il lorsque la famille ou les amis nous demandent des faveurs liées à notre travail ? En s’attendant à ce qu'il soit fourni sans payer un centime, évidemment !

 

Pour le savoir, nous avons demandé si nos répondants avaient déjà fourni des services professionnels gratuits à des amis ou des membres de leur famille.

 

Il s'avère que presque tout le monde le fait. Il y a tout un marché du travail pour les amis et la famille juste sous notre nez.

 

Plus de 93 % des répondants ont admis avoir travaillé sans contrepartie pour leur famille ou leurs amis.

 

 

travailler pour ses proches

 

Parmi les services les plus fréquemment mentionnés figuraient la cuisine, la restauration et le service. Ensuite, il y a eu la garde des enfants, le tutorat gratuit, l'aide au transport et l'aide au déménagement. Et du côté des réparations en tous genres, la plomberie et la rénovation étaient des cadeaux courants.

 

Et ce n'étaient que les réponses les plus courantes. La grande variété de services offerts était incroyable et comprenait, entre autres :

 

  • Conseils juridiques
  • Coiffure et coloration
  • Soins esthétiques
  • Couture et rembourrage
  • Conseil d'investissement
  • Assistance médicale
  • Massage
  • Conseils marketing
  • Service clientèle
  • Réparation automobile
  • Réparation d'ordinateur
  • Coaching en alimentation ou sport
  • Traductions et relectures
  • Services de comptabilité

 

Il est donc juste de dire que les gens font énormément de travail gratuitement, fournissant à peu près tous les services professionnels auxquels vous pouvez penser.

 

Mais sont-ils d'accord avec cela ?

 

Il s'avère que plus de la moitié des répondants (53 %) qui ont fait du travail gratuit pour leur famille ou leurs amis ont estimé qu'ils devraient être payés pour cela.

 

Et les personnes de moins de 39 ans sont particulièrement convaincues qu'elles devraient être rémunérées pour le travail qu'elles fournissent.

 

Donc, pour la génération Y et la génération Z (nés après 1980), il semble que l'argent soit le facteur de motivation le plus puissant pour le travail.

 

Mais pour leur défense, il se pourrait simplement qu'ils aient la confiance nécessaire pour demander ce qu'ils méritent. Et soyons honnêtes, peut-être qu’ils ont plus besoin d’argent que leurs aînés.

 

Ironiquement, alors que beaucoup de nos répondants préféreraient être payés eux-mêmes, beaucoup d'entre eux sont plus qu'heureux de profiter des rabais importants (ou complets) fournis par leurs proches.

 

44 % des répondants ont admis avoir profité d'un travail non rémunéré fourni par des parents ou amis eux-mêmes.

 

Étant donné que plus de 90 % des répondants travaillent eux-mêmes gratuitement pour les autres, le chiffre de 44 % pourrait être une sous-estimation importante.

 

Il se peut qu’ils ne veuillent pas s’en acquitter. Il y a une contradiction à vouloir être payé pour le travail que vous faites tout en profitant vous-même du travail gratuit.

 

Notre soupçon est qu’il s’agit d’un phénomène connu sous le nom de sous-déclaration, qui arrive très souvent lors d’un sondage. Les gens ne veulent pas admettre leurs comportements indésirables, mais le repèrent chez les autres.

 

Mais, que ce soit en aidant grand-mère à planifier un peu ses dépenses ou en organisant le mariage de votre cousin, les gens n’obtiennent-ils jamais quelque chose en retour ?

 

Il s'avère que la plupart des bénéficiaires de services gratuits montrent leur gratitude.

 

86 % des sondés ont déclaré que les gens ont exprimé leur gratitude d'une manière autre que par un paiement en argent. Malheureusement, cela signifie également que 14 % des gens n'ont rien d’autre qu’une gratitude (parfois rapidement oubliée) en guide de salaire.

 

Mais, pour ceux qui reçoivent les remerciements qu'ils méritent, une boîte de chocolats ou une bouteille de vin suffit-elle vraiment à compenser les efforts fournis et le temps réquisitionné ?

 

Motivation et rémunération pour travailler gratuitement

 

Avouons-le, nous ne sommes pas toujours payés pour le travail que nous faisons pour nos proches. Et nous ne voulons pas non plus toujours l’effectuer avec enthousiasme. Heureusement, les gens montrent leur gratitude par d'autres moyens.

 

 

travailler pour ses proches

 

Voici un aperçu de ce que nos répondants ont déclaré obtenir en échange de cette faveur gratuite :

 

  • Remerciements : 77 %
  • Un cadeau : 40 %
  • La promesse d'un service gratuit en retour : 24 %
  • Une recommandation personnelle de leurs services à d'autres : 12 %

 

Dans un sens, les gens n’obtiennent pas vraiment grand-chose en retour, surtout si l’on considère le fait qu’en tant qu’humains, nous nous attendons naturellement à la réciprocité.

 

Cela dit, il semble que beaucoup d'entre nous soient heureux de fournir des services gratuits par pur altruisme, tout simplement !

 

Jusqu'à 75 % des personnes interrogéesqui travaillaient gratuitement admettent qu'elles voulaient simplement aider. Même s'il vaut la peine de le souligner, les personnes qui entretiennent de bonnes relations avec leur famille dominent ce groupe.

 

78 % de celles et ceux qui veulent simplement aider ont déclaré avoir de bonnes relations familiales. Il semble qu'avoir de bons liens familiaux peut rapporter gros, en obtenant des faveurs pour rien en retour.

 

Mais la vérité brutale est que le travail n’est pas seulement une question de bonnes intentions. La plupart d'entre nous doivent encore gagner de l'argent et tout ce temps et cette bonne volonté peuvent avoir un coût...

 

Le temps, c'est de l'argent. Combien d'heures par an travaillons-nous gratuitement ?

 

Selon nos répondants, fournir des services gratuits à la famille et aux amis prend en moyenne 15 heures par an. Cela signifie des pertes s'élèvent en moyenne à 260 € par personne et par an. *

 

* Montant basé sur les données de l’INSEE sur le salaire moyen brut en France en 2018.

 

Bien sûr, ce n'est qu'une moyenne, certaines personnes perdent beaucoup plus, et d’autres moins.

 

Notre recherche a montré que de nombreux répondants qui offraient des services gratuits à des proches ou à des amis consacraient plus de 50, voire 100 heures par an à ce travail.

 

Pour le dire autrement, l'économie du travail libre pourrait potentiellement valoir près de 7 milliards d’euros par an (en partant du principe que chaque actif en France passe 15 heures par an à travailler à titre gratuit).

 

Laissez cela pénétrer pendant une minute. Plus de 7 milliards. Et encore, il s’agit là d’une estimation très basse, car nombreux sont les inactifs qui travaillent à titre gratuit pour les autres, dont les millions de personnes retraitées ou d’étudiants.

 

 

travailler pour ses proches

 

Nous avons donc établi que tout ce travail gratuit vaut vraiment beaucoup d’argent. Mais cela ne donne pas une image complète. Gardez à l'esprit que les personnes qui fournissent des services à la famille ou aux amis supportent également d'autres coûts.

 

Voici comment.

 

Parmi ceux qui fournissent des services gratuits, pas moins de 71 % le font après les heures de travail, perdant un temps précieux, normalement réservé à la famille ou aux loisirs.

 

Et un répondant sur huit a admis qu’il avait dû refuser un travail rémunéré parce qu’il offrait un service gratuit à des parents ou des amis.

 

De plus, ce n’est généralement pas une faveur ponctuelle.

 

Près d'un répondant sur dix nous a dit que ses proches lui demandent souvent un service gratuit lié à ses compétences professionnelles ou à sa formation. Avec environ 3 % disant que cela arrive même très souvent.

 

41 % ont déclaré que cela se produisait occasionnellement, et seulement 30 % ont déclaré que cela se produisait rarement.

 

Au total, 82 % des répondants ont déclaré avoir rencontré des demandes de services gratuits. Seuls 18 % n'ont jamais reçu de demande pour ce type d'aide de la part de leurs proches.

 

Vous vous souviendrez cependant que 93 % des répondants ont déclaré avoir travaillé gratuitement pour leur famille et leurs amis. Donc, statistiquement, dans certains cas, ils fournissent leur aide sans qu'on le leur demande.

 

De plus, seulement 36 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles avaient refusé de rendre service à des parents ou des amis en raison d’un défaut de paiement.

 

Fait intéressant, les hommes (38 %) refusent un peu plus souvent que les femmes (35 %). Et les personnes qui possèdent leur propre entreprise sont les plus affirmées de toutes, avec 63 % déclarant avoir refusé de travailler gratuitement. Nombreux sont les autoentrepreneurs étant freelances et ayant l’habitude de demander un paiement pour chaque mission.

 

On en a pour son argent

 

Il semble que la grande majorité des gens croient que leur travail devrait être payé. Cependant, ils diffèrent dans le montant qu'ils s'attendent à recevoir.

 

 

travailler pour ses proches

 

77 % des sondés ont déclaré que le travail professionnel des membres de la famille proche devrait être rémunéré.

 

Parmi eux, 17 % étaient prêts à travailler au coût brut (c’est-à-dire sans marge), 26 % au taux habituel du marché, 21 % à un prix inférieur au taux habituel du marché et 13 % qui exigeraient un prix plus élevé que d'habitude.

 

Il existe une différence d'opinions significative à ce sujet entre les différents groupes d'âge. Les personnes âgées de 39 ans et plus semblent plus disposées à travailler gratuitement. 27 % d'entre eux ne soutiennent pas la facturation du travail pour les membres de la famille proche.

 

Mais, parmi les répondants de moins de 39 ans, ce pourcentage n'était que de 16 %.

 

Et il semble que plus la parenté est éloignée, moins nous voulons travailler gratuitement. Pas moins de 91 % des personnes interrogées étaient d'accord avec l'idée de facturer la prestation de services à des parents éloignés. Dans ce groupe, 14 % étaient prêts à travailler au coût brut, 27 % à un prix inférieur au taux du marché et 38 % au taux habituel du marché.

 

Un pourcentage légèrement plus élevé, 92 %, pense que travailler pour des amis devrait également être rémunéré.

 

Il semble donc que plus la relation est étroite, plus nous sommes disposés à travailler gratuitement. Ou il se pourrait simplement que les parents et amis plus éloignés soient plus nombreux que la famille proche, et nous risquons de perdre plus si nous offrons des services gratuits à toutes et à tous.

 

En conclusion...

 

Fournir des services professionnels gratuits à la famille et aux amis est une décision individuelle. L'argent n'est pas tout, et vous devez garder à l'esprit que la satisfaction de l'aide fournie et la gratitude des êtres chers peuvent être plus précieuses que n'importe quel paiement.

 

Et le conseil le plus important que nous puissions donner est de toujours être reconnaissant·e pour toute cette aide gratuite. Offrez quelque chose en retour si vous le pouvez, cela sera très apprécié.

 

Il n'est pas nécessaire que ce soit de l'argent, rendre service à votre tour est une excellente façon de remercier la personne qui vous a aidé. C’est, après tout, le principe de base de l’entraide. En combinant générosité et réciprocité, nous ferons tourner les roues de l’économie du travail libre pour tous.

 

Pour finir, voici les principales conclusions de notre étude :

 

  • Plus de 93 % des gens ont produit du travail non rémunéré pour leur famille ou leurs amis.
  • Ce type de travail prend en moyenne 15 heures par an.
  • Le travail gratuit pour la famille et les amis est le plus souvent motivé par une simple volonté d'aider.
  • Plus de 77 % des personnes interrogées estiment que le travail professionnel pour la famille proche devrait être rémunéré.
  • Pas moins de 91 % s'attendent à une rémunération pour le travail auprès de parents éloignés et 92 % pour celui auprès d'amis.

 

Méthodologie

 

Les résultats présentés ont été obtenus en sondant 803 personnes à l'aide d'un outil de sondage en ligne sur mesure. Tous les répondants inclus dans l'étude ont réussi une question de vérification de l'attention, afin de nous assurer que personne n’a rempli le questionnaire au hasard. Nous leur avons posé une série de questions liées à leurs opinions sur la fourniture de services gratuits à la famille et aux amis. Celles-ci comprenaient des questions oui / non, des questions basées sur une échelle relative aux niveaux d'accord avec une déclaration, des questions qui permettaient de sélectionner plusieurs options parmi une liste de réponses potentielles et des questions qui permettaient des réponses ouvertes.

 

Limitations

 

Les données que nous présentons reposent sur les autodéclarations des répondants. Toute expérience étant subjective, nous comprenons qu'il existe de nombreuses limites potentielles avec les données autodéclarées, car certains participants et leurs réponses peuvent être affectés par la récence, la mémoire sélective, l'attribution, l'exagération, l'autosélection, la non-réponse ou le biais volontaire.

 

Certaines questions et réponses ont été reformulées ou condensées pour plus de clarté et pour faciliter la compréhension pour les lecteurs. Dans certains cas, les pourcentages présentés peuvent ne pas totaliser 100 % ; selon le cas, cela est soit dû à l'arrondissement, soit au fait que les réponses «ne sait pas / neutre » ne sont présentées.

 

Sources

 

 

Déclaration d’utilisation équitable

 

Voulez-vous mettre un terme à la gratuité des services professionnels une fois pour toutes ? Afin que cela devienne normal de s’entraider sans avoir l’impression de toujours donner de son temps pour ne rien recevoir ? Envoyez un message subtil à votre famille et à vos amis en partageant cet article.

 

Si vous pensez que votre audience sera intéressée par ces informations, nous aimerions que vous les partagiez à des fins de réutilisation non commerciale. Tout ce que nous vous demandons en retour, c'est que vous établissiez un lien vers cette page afin que les auteurs obtiennent un crédit complet et que vos lecteurs puissent voir l'étude complète.

Donnez votre avis : travailler pour ses proches
Merci pour votre partage !
Moyenne : 5 (1 avis)
César Bellery
César Bellery
César a eu l'opportunité de travailler dans le monde des Ressources Humaines en France et dans plusieurs pays. Désormais, César met son expertise dans le domaine du recrutement au service de ses lecteurs, pour leur donner tous les secrets d'une candidature réussie.

Cet article vous a-t-il plu ? Voici des articles similaires

Compétences sur le CV : exemples à mettre dans son CV

Pas certain·e de savoir comment choisir les compétences à mettre sur votre CV, et comment en parler de manière convaincante ? Suivez nos exemples et conseils.

Anna Choinkowska
Anna Choinkowska
Rédactrice web spécialisée RH