Mon compte

Vous contrôlez vos données

Nous utilisons des cookies pour personnaliser l'expérience de création de CV et de lettres de motivation. Pour ces raisons, il se peut que nous partagions vos données d'utilisation avec des tiers. Vous trouverez davantage d'informations sur notre utilisation des cookies dans notre Politique relative aux cookies. Si vous souhaitez définir vos préférences en matière de cookies, cliquez sur le bouton Paramètres ci-dessous. Pour accepter tous les cookies, cliquez sur Accepter.

Paramètres Accepter

Paramètres des cookies

Cliquez sur les types de cookies ci-dessous pour personnaliser votre expérience sur notre site. À tout moment, vous pouvez donner, refuser ou retirer votre consentement. N'oubliez pas que la désactivation des cookies peut affecter votre expérience sur le Site. Pour en savoir plus, n'hésitez pas à consulter notre Politique relative aux cookies et notre Politique de confidentialité.

Choisissez les types de cookies que vous acceptez :

Mesure d'audience

Ces cookies analysent l'utilisation du visiteur sur notre Site et nous permettent d'assurer une meilleure expérience. Les cookies liés aux mesures d'audience utilisés sur notre Site n'identifient personne et ne nous permettent pas d'envoyer des publicités personnalisées. Par exemple, nous pouvons utiliser des cookies/technologies de traçage à des fins analytiques en vue de déterminer le nombre de visiteurs sur notre Site, d'identifier la manière dont les visiteurs naviguent sur notre Site et, plus particulièrement, les pages qu'ils consultent. Cela nous permet d'améliorer notre Site et nos Services.

Performances et personnalisation

Ces cookies nous permettent de vous proposer un accès à une expérience personnalisée. Les cookies de personnalisation servent à diffuser du contenu, notamment des publicités, en lien avec vos intérêts sur notre Site et les sites de tiers en fonction de la manière dont vous interagissez avec différents éléments de notre Site. Ils nous permettent également de garder une trace du contenu auquel vous accédez (y compris les vidéos visionnées). Nous pouvons également recueillir des informations sur votre ordinateur et/ou votre connexion afin d'adapter votre expérience à vos besoins. Lors de certaines visites, nous pouvons utiliser des outils logiciels pour mesurer et recueillir des informations sur la session, notamment les délais de réponse des pages, les erreurs de téléchargement, le temps passé sur certaines pages et des informations sur les interactions avec la page.

Publicités

Ces cookies sont installés par des sociétés tierces pour diffuser du contenu publicitaire ciblé en fonction des sujets qui vous intéressent (par exemple pour vous proposer des publicités Facebook qui pourraient vous intéresser) et vous permettre de mieux interagir avec les plateformes de réseaux sociaux comme Facebook.

Nécessaires

Ces cookies sont essentiels aux bonnes performances du Site ainsi qu'à l'accès à ses fonctionnalités. Les cookies nécessaires seront toujours activés, car le Site en a besoin pour fonctionner correctement. Par exemple, les cookies essentiels peuvent inclure, sans s'y limiter : les cookies installés pour assurer le service, maintenir votre compte, fournir l'accès aux créateurs et aux pages de paiement, créer des identifiants pour vos documents ou encore stocker vos consentements.

Pour voir la liste détaillée des cookies, cliquez ici.

Enregistrer les préférences

Sans enfants au travail (Étude de 2022)

Les employés sans enfants sont-ils traités injustement ? Découvrez ce que 900 employés ont à dire sur la différence de traitement entre les employés avec et sans enfants en 2022.

Margot Vrobbel
Margot Vrobbel
Rédactrice experte en recrutement
Sans enfants au travail (Étude de 2022)

« Si vous aviez des enfants, nous vous laisserions prendre les congés dont vous avez besoin. »

 

« Quelle raison personnelle ? Tu n’as pas d’enfants à aller chercher à l’école ! »

 

« Les parents ont besoin de ce jour de congé. »

 

 

Sans enfants au travail

 

Levez la main si vous êtes un employé sans enfant qui n’a jamais entendu les phrases ci-dessus. Pas de volontaires ? Eh bien, ce n’est pas surprenant.

Le nombre de personnes qui ne veulent pas avoir d’enfants augmente. Selon un rapport publié en 2021 par le Pew Research Center, 44 % des personnes âgées de 18 à 49 ans ne sont pas susceptibles d’avoir des enfants. Ce chiffre représente une augmentation de sept points de pourcentage par rapport à 2018. Les raisons varient allant du simple fait de ne pas vouloir d’enfants jusqu’aux problèmes médicaux et situations financières défavorables.

Ces personnes sont aussi bien des hommes que des femmes, des diplômés de l’enseignement supérieur que des personnes sans diplôme. Et surtout, ce sont des travailleurs. Par conséquent, il est logique de supposer que si le nombre de personnes sans enfant augmente, le nombre de travailleurs sans enfant augmente également. Et certains chercheurs pensent que, bientôt, le nombre de travailleurs sans enfants pourrait dépasser le nombre de parents sur le lieu de travail. 

 

Et c’est là que les problèmes commencent. Certaines personnes pensent que les professionnels sans enfants sont traités de manière injuste. Et comme nous sommes de plus en plus conscients de nos droits et que nous condamnons la discrimination et l’inégalité de traitement, les voix des employés sans enfants mécontents se font de plus en plus entendre.

 

Chez ResumeLab France, nous écoutons ces voix. Mais en même temps, nous n’ignorons pas les parents. Lisez la suite pour connaître les deux points de vue sur la façon dont les travailleurs sans enfant sont traités. 

 

Parents contre employés sans enfant

 

Bigfoot. Yéti. Sans enfants par choix. Licornes. Le monstre du Loch Ness. 

 

Est-ce qu’un élément de cette liste sort du lot ? Avant, probablement pas, mais maintenant oui.

 

Sans enfants par choix. 

 

Certaines personnes ne veulent pas d’enfants. Ou, pour diverses raisons, elles ne peuvent pas en avoir. Et il ne faut pas les considérer comme des bêtes fantastiques. Nous ne devrions pas non plus demander où les trouver. Ces personnes sont présentes sur tous les lieux de travail.

 

Mais comme le montrent les recherches, tout comme les animaux fantastiques, elles sont également incomprises, leurs besoins sont marginalisés, et leurs activités et responsabilités en dehors du travail sont déconcertantes. Pourquoi ? Parce qu’elles n’ont pas d’enfants. Il est donc clair qu’elles n’ont rien à faire après le travail, n’est-ce pas ? Pas tout à fait.

 

Les salariés sans enfants ont des loisirs, un deuxième emploi ou des parents malades dont ils doivent s’occuper. Ils suivent des cours et des études postuniversitaires ou font de la physiothérapie. Quoi qu’il en soit, ils ont toujours besoin de passer du temps personnel après le travail. 

 

Alors pourquoi sommes-nous prêts à augmenter leur charge de travail, à leur faire faire des heures supplémentaires ou à leur refuser un jour de congé ? Les parents en ont-ils davantage besoin ? 

 

Chez ResumeLab France, nous partons du principe que les deux parties en ont également besoin.

 

 

sans enfants au travail

 

J’espère que les données ci-dessus ont retenu votre attention. Regardons-les de plus près. 

 

Le traitement injuste s’applique à tout le monde, aussi bien aux travailleurs sans enfants qu’aux personnes ayant des enfants. Selon nos répondants, 72 % estiment que les travailleurs sans enfant sont maltraités parce qu’ils n’en ont pas. Il en va de même pour les parents. 67% observent que les parents sont maltraités parce qu’ils ont des enfants. 

 

Les parents s’efforcent de maintenir l’équilibre entre le fait d’être des employés productifs et des parents responsables. Ils craignent toujours que les employeurs ne prolongent pas leur contrat ou les licencient en raison de leurs responsabilités familiales. Mais les salariés sans enfants ont également du mal à concilier leur emploi (ou deux emplois) et leur vie de famille.

 

Si nous voulions satisfaire les deux parties et rester neutres afin de n’offenser personne, nous aurions pu nous arrêter là. Mais nous avons décidé d’aller plus loin. Et au fur et à mesure que nous posions des questions, les réponses devenaient moins neutres.

 

74 % des personnes interrogées pensent que les personnes ayant des enfants sont mieux traitées sur le lieu de travail. Et surprise ! Ce n’est pas seulement l’avis des personnes sans enfants. En fait, nos répondants étaient majoritairement des employés avec des enfants. 8 répondants sur 10 étaient des parents. 

 

Mais pourquoi les employés avec ou sans enfants croient-ils cela ? Comme le dit la sociologue Amy Blackstone de l’Université du Maine, « il y a très peu de choses qui protègent le temps de ceux qui n’ont pas d’enfants pour qu’ils puissent s’occuper d’eux-mêmes et de leur famille et profiter d’un équilibre entre travail et vie privée ».  Le fait que « j’ai des enfants »  soit la meilleure excuse au travail n’est-il pas un mythe ? 

 

Eh bien…

 

Nos répondants affirment que sur leur lieu de travail au moins une fois (en raison de ne pas avoir d’enfants) les collègues sans enfants :

 

  • se sont vus refuser des congés - 63 %
  • ont dû faire des heures supplémentaires - 69 %
  • ont eu une charge de travail plus élevée - 70 %

 

Peut-on donc dire que le traitement équitable des employés sans enfants est un conte de fées ? Pas si vite. Nous pouvons conclure que la situation est très personnelle, tant pour les employés sans enfants que pour les parents. Mais il y a beaucoup plus à découvrir. 

 

Les avantages cachés (ou l’absence d’avantages)

 

Pendant longtemps, la société a cru que les parents et les enfants passaient avant tout. La carrière était d’une importance secondaire. Ainsi, les avantages réservés aux parents ne sont pas un mythe, mais cette approche centrée sur l’enfant peut bouleverser les non-parents. En particulier les femmes sans enfants qui peuvent craindre que ces politiques « favorables à la famille »  sur le lieu de travail « réduisent l’identité des femmes à la maternité ».

 

Alors maintenant, les travailleurs sans enfants commencent à se demander : et nous ?

 

Eh bien, rien. Quelqu’un a-t-il déjà entendu parler des avantages réservés aux salariés sans enfants ?  

 

Nous en arrivons à certains aspects que nos répondants ont observés (et permettez-moi de vous le rappeler : il s’agit principalement de personnes ayant des enfants).

 

 

sans enfants au travail

 

49 % des personnes interrogées pensent que les employés ayant des enfants ont plus de chances d’être promus sur leur lieu de travail. En minorité, 29 % des répondants affirment que les personnes sans enfants ont plus de chances d’être promues. En même temps, 22 % sont convaincus qu’avoir ou ne pas avoir d’enfants n’a pas d’importance. Sur leur lieu de travail, les deux sont également pris en considération.

 

La situation n’est pas mauvaise, mais elle penche du côté des parents.

 

Mais pourquoi pas une augmentation de salaire ? De même.

 

Selon nos répondants, les employés ayant des enfants sont plus susceptibles de recevoir une augmentation de salaire (53 %). L’idée que les personnes sans enfants ont plus de chances d’obtenir une augmentation de salaire est partagée par 23 %. Les autres, 24 %, pensent que le fait d’avoir des enfants n’a pas beaucoup d’importance.

 

Encore une fois, ne pas avoir d’enfants réduit les chances d’obtenir une augmentation de salaire.

 

De quoi d’autre se plaignent les travailleurs sans enfants ? Des vacances et des jours de congé.

 

85 % des personnes interrogées pensent que les personnes ayant des enfants sont prioritaires lors de la planification des vacances et des congés. À ce stade, parler du traitement injuste des non-parents est tout à fait raisonnable. 

 

Rien d’autre pour étayer de telles déclarations ?

 

Les personnes interrogées admettent elles-mêmes que les parents qui travaillent ont plus d’avantages. Cet avis est partagé par 87 % d’entre eux. En outre, 81 % supposent que les raisons d’absence au travail liées aux enfants sont plus importantes pour leur employeur que celles des employés sans enfant. 

 

La logique est simple. La parentalité est un travail à plein temps, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, toujours en service. Il n’y a pas de plus grande responsabilité que de préparer les petits à bien vivre. Quel que soit l’effort à fournir. Aucun doute là-dessus.

 

Mais pouvons-nous pour autant fermer les yeux sur les besoins des personnes sans enfants ? Où cela nous mènerait-il ? 

 

Une étude de cas sur Facebook et Twitter nous a permis de l’illustrer. Après avoir introduit des politiques liées à la COVID, les employés de Facebook ont fait valoir que de celles-ci ont surtout profité les parents, tandis que les employés sans enfants de Twitter ont accusé les parents de travailler moins. 

 

Les deux entreprises ont rapidement corrigé leurs erreurs, mais le dégoût est resté.  

 

Cela nous amène à paraphraser la sagesse de Yoda : Un traitement injuste entraîne le mécontentement des employés, le mécontentement entraîne la colère et la colère entraîne une guerre froide entre les employés.

 

Alors, ne prenons pas cette voie qui mène à.....

 

Une pression tabou

 

Les personnes sans enfants sont souvent prises en considération lorsqu’il faut faire des heures supplémentaires ou reporter des vacances parce que « les parents ont besoin de plus de temps ». La société suppose encore que les employés sans enfants sont plus facilement disponibles que leurs parents. Ainsi, leurs justifications pour ne pas être en mesure de travailler sont souvent considérées comme moins significatives et triviales.

 

Les personnes ayant des enfants en sont-elles conscientes ?

 

 

sans enfants au _travail

 

Espérons que nos répondants sont conscients de cette pression tabou sur les personnes sans enfants et qu’ils notent certains avantages dont seules les personnes ayant des enfants peuvent bénéficier. En même temps, cette situation crée une pression sur les personnes sans enfants pour qu’elles travaillent plus longtemps et plus fort parce que « le travail doit être fait ».

 

Les personnes interrogées pensent que :

 

  • Les employés avec enfants doivent avoir la priorité dans l’obtention d’un travail flexible   86 %
  • Les absences liées aux enfants sont plus justifiées  77 %
  • Les employés avec enfants doivent être prioritaires lors de la planification des vacances et des congés   76 %
  • Il devrait être possible pour un employé de prendre un jour de congé si son enfant est malade   84 %
  • Les employés avec enfants devraient avoir le droit de prendre plus de jours de congé que ceux qui n’en ont pas   72 %

 

Ce sont des exemples de traitement spécial des parents. Nous avons demandé à nos répondants s’ils étaient d’accord avec des concepts particuliers qui ont cours sur certains lieux de travail. La grande majorité d’entre eux sont d’accord avec ces concepts. C’est à la fois une bonne et une mauvaise chose. D’un côté, il est bon que les gens remarquent les différentes approches adoptées à l’égard des employés ayant des enfants, les non-parents étant lésés. D’autre part (surtout du point de vue d’un parent), ils ne pensent pas nécessairement que c’est une mauvaise chose. 

 

Arrêtons-nous ici une minute et examinons le dernier point. 72 % estiment que les personnes ayant des enfants devraient avoir le droit de prendre plus de jours de congé que les personnes sans enfant. Qu’en est-il des célibataires avec enfants ou des hommes et des femmes avec enfants ? Cela s’applique-t-il aussi à eux ?

 

Restez à l’écoute, car nous vous révélerons des informations qui ne figurent pas dans le tableau. Les mères ou les pères célibataires ont besoin d’une attention particulière. Selon les répondants :

 

  • 77 % pensent que les femmes célibataires avec enfants devraient avoir le droit de prendre plus de jours de congé que celles qui partagent les tâches parentales avec un partenaire.
  • 74 % admettent que les hommes célibataires avec enfants devraient avoir le droit de prendre plus de jours de congé que ceux qui partagent les tâches parentales avec un partenaire.

 

Nous trouvons ici une certaine égalité. Mais cette égalité s’applique aux parents. Les personnes  sans enfants, malheureusement, ont encore beaucoup à se plaindre.  

 

74 % de nos répondants pensent que :

 

  • C’est normal de demander fréquemment à un collègue sans enfant de rester plus longtemps ou de travailler davantage parce que le parent doit s’occuper des enfants. 
  • Les employés sans enfant sont censés faire des heures supplémentaires plus fréquemment que leurs collègues qui ont des enfants.
  • Les employeurs et les collègues supposent que les personnes sans enfant soient plus facilement disponibles parce qu’elles n’ont pas d’enfants.

 

Ces chiffres ne donnent pas beaucoup d’espoir aux personnes sans enfants. 

 

Et ce n’est pas tout. La majorité (65 %) ne voit pas non plus de problème à demander à ses collègues pourquoi ils n’ont pas d’enfants. 

 

N’est-ce pas en fait un problème grave ? Environ 10 à 20 % des hommes et des femmes déclarent avoir des problèmes d’infertilité. En plus, ceux qui ont recours à une aide médicale dépensent des milliers de dollars pour pouvoir avoir un enfant. Et si le traitement échoue ? 

 

En même temps, 48 % des couples admettent avoir des difficultés à concevoir. Dans leur cas, on ne parle pas encore des problèmes de fertilité, mais le sujet reste sensible. 

 

Compte tenu des cas ci-dessus, une simple question peut être douloureuse. Quoi d’autre, toute l’idée d’un traitement spécial des parents peut être difficile.

 

D’ailleurs, avez-vous déjà pensé qu’une telle question pouvait être sexiste ? Surtout si elle est posée à une femme par un homme. Surtout quand elle ne peut pas avoir d’enfants. 

 

Existe-t-il un terrain d’entente ? Oui. Nos répondants pensent qu’il est normal de parler des enfants sur le lieu de travail (82 %). Sauf si vous contrariez les personnes qui essaient d’avoir un enfant et qui sont médicalement incapables de le faire.

 

Et nous y voilà. D’un côté, nous avons des parents pour qui les enfants représentent une part importante de la vie, avec des répercussions sur le travail. De l’autre côté, nous avons des employés sans enfants qui ont également une vie en dehors du travail, bien que sans enfants. 

 

Peut-on qualifier la situation d’impasse ? Y a-t-il des gagnants ? 

 

Les personnes sans enfant doivent-elles ne rien faire, suite aux critiques de Laszlo Bock, ancien directeur des ressources humaines de Google ?

« C’est une situation difficile pour tout le monde, mais que les gens s’énervent au point de dire « je trouve cela injuste » démontre un manque de patience, un manque d’empathie et un sentiment de droit ».

Ou bien doivent-ils s’efforcer de communiquer, comme le conseille Krystal Wilkinson, maître de conférences à la Manchester Metropolitan University ?

« Ce groupe (sans enfants) n’est pas pris en compte. On ne peut peut-être pas répondre à toutes leurs demandes, mais il faut répondre à ce qu’on peut, y réfléchir et leur donner une raison si on ne peut pas. C’est une question de communication au bout du compte. Et au bout du compte, il semble que le processus soit équitable ».

Cette conversation est essentielle. Il est facile d’accuser les personnes sans enfant d’être égoïstes ou les parents de se comporter comme des intitulés. Mais il y a une troisième partie dans ce conflit qui devrait agir comme un juge : l’employeur. C’est à lui de soutenir tous les travailleurs et de garantir l’égalité.

 

Parlons de l’égalité

 

« Si nous gardons le silence, nous risquons de nous entendre dire que ces politiques sont justifiées... parce que tout le monde les soutient. Si nous parlons de nos préoccupations ou de notre exclusion, nous risquons d’être accusés d’égoïsme, de mesquinerie, d’indifférence au sort des parents qui travaillent et des enfants innocents, ou pire encore ». 

 

Mary Anne Case, professeur de droit 

 

 

sans enfants au travail

 

Avec ou sans enfants, nous voulons tous être égaux. Et ce qui est bien, c’est que nous ne voulons pas enlever cette égalité aux autres pour la rendre meilleure pour nous. Cette phrase est le résumé essentiel des informations présentées dans l’infographie. 

 

L’égalité est une clé parce que : 

 

  • 92 % des personnes interrogées sont convaincues que tous les employés doivent être traités de la même manière en ce qui concerne les horaires de travail flexibles.
  • 87 % pensent que les employeurs devraient avoir les mêmes attentes pour les employés avec et sans enfants.
  • L’égalité entre les parents et les personnes sans enfant se retrouve également lorsqu'on parle du mode de travail (à distance ou au bureau). 86 % des personnes interrogées pensent que les employés devraient être traités de manière égale en ce qui concerne le mode de travail qu’ils choisissent.
  • La plupart des personnes interrogées, 85 %, sont d'avis que les employés ayant la même fonction devraient être traités de la même manière en ce qui concerne la charge de travail, qu'ils aient ou non des enfants.
  • Enfin, 84 % des personnes interrogées estiment que les employés doivent être traités sur un pied d’égalité en ce qui concerne les congés. 

 

Comme vous pouvez le constater, nous trouvons finalement des aspects qui s'appliquent aussi bien aux personnes avec ou sans enfants. Et les deux parties sont d’accord sur ce point, attachant une grande importance à l'égalité. C’est une bonne chose, car il s’agit d’un aspect essentiel de notre vie, notamment de notre vie professionnelle.

 

Travailleur idéal ou parent idéal

 

Il n’y a ni gagnant ni perdant. Mais il y a une situation gagnant-gagnant. Tout le monde y gagne. Supposons un scénario parfait où :

 

  • Les employés sans enfants comprennent que les parents ont besoin de plus de temps et de flexibilité pour s’occuper de leurs enfants.
  • Les parents comprennent que leurs collègues sans enfants ont une vie en dehors du travail et n’utilisent pas l’excuse « j’ai des enfants ».

 

Nous devrions cesser d’embrasser deux normes contradictoires : le « travailleur idéal » qui se sacrifie pour son travail et ses collègues et le « parent idéal »  qui ne pense qu’à sa famille et ignore les besoins de ses collègues sans enfant. 

 

Prenons donc le chemin de la compréhension mutuelle, en choisissant le scénario qui correspond actuellement à notre situation.  

 

Méthodologie

 

Les résultats présentés ont été obtenus en interrogeant 938 répondants à l’aide d'un outil d'enquête en ligne personnalisé. Tous les répondants inclus dans l’étude ont passé une question de contrôle de l’attention. On leur a posé une série de questions relatives à leur opinion sur les différences de traitement des parents et des employés sans enfant au travail. Ces questions étaient de type oui/non, des questions basées sur des échelles relatives aux niveaux d’accord avec une déclaration, des questions permettant de sélectionner plusieurs options dans une liste de réponses potentielles et des questions permettant des réponses ouvertes.

 

Limites

 

Les données que nous présentons reposent sur les déclarations des répondants. L’expérience étant subjective, nous comprenons que les données autodéclarées comportent de nombreuses limites potentielles, car certains participants et leurs réponses peuvent être affectés par un biais de mémoire sélective, d’attribution, d’exagération, d’autosélection, de non-réponse ou de réponse volontaire.

 

Certaines questions et réponses ont été reformulées ou condensées pour plus de clarté et pour faciliter la compréhension des lecteurs. Dans certains cas, les pourcentages présentés peuvent ne pas atteindre 100 %. Selon le cas, cela est dû à l’arrondissement ou au fait que les réponses « ni/neutre/inconnu » n’ont pas été présentées.

 

Sources

 

Donnez votre avis : sans enfants au travail
Merci pour votre partage !
Moyenne : 5 (3 avis)
Margot Vrobbel
Margot Vrobbel
Margot a eu l'opportunité de travailler dans le monde des Ressources Humaines. Comme rédactrice et traductrice, elle partage ses conseils quant à la création de CV et de lettres de motivation de qualité sur notre blog. Que vous soyez débutant(e) ou expérimenté(e), retrouvez toutes ses astuces pour découvrir et apprendre les secrets d'une candidature réussie.

Cet article vous a-t-il plu ? Voici des articles similaires